Le Temple du Bicentenaire au Champ de Mars



Les Droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme

Le plan du cirque à l’antique des fêtes révolutionnaires figure évidemment en bonne place (au milieu de la porte d’airain) sur le monument de sa commémoration, dans une sorte de vue en plongée qui aurait été prise depuis la colline de Chaillot, parmi des architectures de rêve de Claude-Nicolas Ledoux et des constructions bien réelles qui vont du Colisée romain au Louvre en passant par le temple de Vesta. Si les œuvres d’Ivan Theimer nous ont habitués au fourmillement, on a ici, comme l’écrivit James Lord, biographe de Picasso et Giacometti et auteur d’un catalogue du sculpteur tchèque, « une véritable encyclopédie de textes, de symboles, d'images qui ne concernent pas seulement la Révolution, mais toutes les idées, les mots d'ordre, qui depuis les débuts de l'histoire, tendent à promouvoir la dignité humaine, la liberté et la raison. »

Parmi lesquels, bien sûr, des symboles maçonniques, qui sont en correspondance avec l’arc de triomphe triangulaire de la fête de l’Être Suprême, et le rôle joué par les frères dans la Révolution : en 1789, le duc d’Orléans, futur Philippe Égalité, était Grand Maître du Grand Orient depuis quelque quinze ans, et son actif secrétaire, l’auteur des Liaisons dangereuses, Choderlos de Laclos, pareillement un initié.
Pour donner quelques points de repères, on a, côté nord-est, face à la rue de Grenelle, la porte d'airain encadrée des colonnes Boaz et Jakin du temple de Salomon, et le serpent qui se mord la queue autour de l’oculus ; à l’opposé, deux obélisques qui portent la Déclaration des Droits de l’Homme – « Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des Droits de l'Homme, sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une déclaration solennelle, les Droits naturels, inaliénables et sacrés de l'Homme… » - et, pour la statue féminine, le calendrier des « évènements de 1989 dans le monde », dont « l’écrasement du printemps de Pékin ». De l’une aux autres, on vous laissera vous égarer dans le labyrinthe des significations.
Sans compter ce qui ne se voit pas, ou rien qu’une fois l’an : « Le jour du solstice d'été, à midi, l'astre du jour, un instant immobile au plus haut de sa course, dissipera la pénombre du temple », explique l’astronome Jean-Pierre Verdet, qui poursuit : « Yvan Theimer n'oublie pas non plus qu'il est bon que les eaux sans rivage d’en haut rejoignent les eaux gravides d'en bas, que les liens entre le ciel et la terre ne soient jamais rompus : par un oculus, les eaux de pluie regagneront l’aqueduc qui depuis le XVIIe siècle chemine sous le Champ de Mars. »


[Extrait du Guide sur Le Champ de Mars et la Tour Eiffel, à paraître prochainement]


Texte: Alain Rustenholz (© 2012)
Images: Blue Lion (ACZ, © 2012)